Concevoir des bureaux adaptés aux distanciations physiques

Vous vous êtes déjà sans doute posés ces questions qui agitent le monde du design mais aussi le monde du travail plus largement : à quoi ressembleront les bureaux après la pandémie de COVID-19? Qu’est-ce qui va changer? Qu’est-ce qui ne changera pas?

Alors qu’il est encore difficile d’avoir une vision avec du recul sur l’impact du coronavirus, il semble clair que certains enjeux seront plus que jamais au centre des préoccupations lors du retour au travail :

  • le bien-être et la qualité de vie au travail
  • la sécurité physique et psychologique
  • la gestion du changement
  • la place des technologies numériques

Le design aura, c’est sûr, un rôle très important sur tous ces points pour affronter la pandémie. Au croisement des disciplines, les designers et architectes devront résoudre nombre de problématiques connues et inédites ; cela a toujours fait partie de leurs missions.

Le besoin en distanciation physique va nécessiter de repenser les espaces de bureaux qui ont toujours été conçus pour la connexion et la collaboration entre les individus. Les humains sont des créatures sociales, et alors que 1,5 à 2 mètres est une distance physique qui peut sembler importante (et inhabituelle), ce n’est pas trop loin pour interagir et avoir des relations de travail.
Comment les designers peuvent-ils faciliter les interactions tout en conservant des distances de sécurité idéales ? Et comment les sols modulaires peuvent-ils jouer un rôle dans ces solutions d’aménagement ?

 

Les éléments d’aménagement pensés de façon modulaire peuvent facilement faire office d’instruments de mesures au sol et aider à respecter facilement et rapidement des distances physiques adaptées. © Macbeth Studio

Les sols modulaires permettent de créer visuellement au sol des circulations et de délimiter clairement des espaces.

Avec une attention aux détails de finitions, il devient possible de concilier design et nécessaires distanciations dans les espaces de travail, notamment pour les lieux de rencontres.

La couleur a toujours été utilisée pour créer des espaces plus vivants et dynamiques. L’usage de touches colorées peut aussi maintenant permettre de matérialiser les distances physiques. © 2019 Tom Holdsworth

Les variations de textures au sol peuvent aussi suggérer des délimitations d’espaces.

Il est possible d’utiliser les sols modulaires comme outils de mesure des distances aussi bien avec des modules de sols souples que de sols durs.

Concilier beauté des espaces et nécessaire sécurité sanitaire peut se faire par un travail sur les sols.

Au-delà de la matérialisation des circulations

Le sol peut être un très bon moyen pour marquer des circulations mais il peut aussi être un allié pour modifier les comportements sociaux.  Au-delà d’une circulation et d’une navigation facilitées dans les espaces de travail, cette attention portée aux sols peut aussi permettre à chacun de prendre soin de l’autre facilement.

Un travail sur la conception des sols peut jouer un rôle dans la création d’un sentiment de sécurité physique et psychologique.

Les sols sont un élément central dans le design d’un espace ; un élément qui peut avoir une influence sur notre perception, notre expérience et notre comportement. C’est la seule surface sur laquelle nous sommes attirés par la gravité, ce qui a un impact physique et psychologique. Nous utilisons le design des sols à des fins esthétiques, signalétiques et d’image de marque ; désormais, nous l’utiliserons aussi à des fins de sécurité sanitaire. Et alors que nous repensons les normes sociales, les repères visuels fournis par les sols peuvent nous aider à maintenir des relations sociales à une distance sûre.

Les repères visuels marqués au sol peuvent être des informations directes sur les mesures de distances physiques (images de gauche) mais aussi suggérer par des détails esthétiques une séparation de l’espace (image de droite).

Dans les couloirs, il est par exemple possible de créer des voies de circulations unidirectionnelles et bidirectionnelles ou créer une séparation avec des éléments d’espacement au milieu. Dans les open spaces, les sols peuvent se combiner au mobilier pour créer des zones. La flexibilité du revêtement de sol peut vous permettre de suggérer des limites à travers des lignes, des bandes, des couleurs et des motifs tout en restant dans une logique incitative, subtile et esthétique.

Les sols modulaires ont pour eux leur flexibilité et permettent par essence de fournir un outil de mesure facile. Que ce soient avec des dalles de sols souples ou dures au format carré (50×50 cm) ou au format planks (25×100 cm), l’aménagement des sols apporte de la fonctionnalité en plus de son potentiel esthétique. En fait, vous pouvez utiliser les sols modulaires en utilisant leurs repères intégrés qui incitent à respecter les distanciations physiques. Notre portfolio Designing for Distance vous propose des inspirations pour créer des limites, des zones et des circulations dans divers types d’espaces de travail.

 

Téléchargez notre guide de mise en œuvre
de la distanciation physiques dans vos espaces

Ndla: cet article a été écrit en collaboration avec Sonya Lehner.

 

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles associés

Accompagner la vision des architectes pour des intérieurs uniques

18 février, 2019

Dans le 8ème arrondissement de Paris, la société SOPRA STERIA, leader européen de la transformation numérique, a investi de nouveaux espaces sur une surface de 9000 m2 . Le bâtiment a été rénové par le cabinet d’architecture Atelier Annie Vitipon afin d’accueillir les salariés dans de nouveaux bureaux pensés spécifiquement pour les besoins de l’entreprise. Les architectes ont souhaité faire appel au savoir-faire du service Concept Design d’Interface pour penser des sols en cohérence totale avec les espaces.