Les français & le rangement des bureaux

Au cours de leur vie, les Français passent en moyenne 99 117 heures sur leur lieu de travail, on comprend dès lors l’importance que peut avoir l’aménagement des espaces de travail sur la vie de leurs usagers. Entre lieu partagé avec des collègues et espace personnel, les bureaux ont une influence certaine sur la qualité de vie au travail.
Interface France, associée à l’Institut de sondage Toluna, a interrogé les français sur leurs perceptions et habitudes de rangement de leurs espaces de travail. Les bureaux rangés, sont-ils plutôt synonyme d’angoisse ou d’efficacité ? Le désordre des collègues entraîne-t-il plutôt indifférence ou agacement ? Autant de questions auxquelles 1 031 Français ont répondu.

Des français plutôt organisés et tolérants

Une grande majorité des sondés (60%) font en sorte que leur espace de travail soit rangé en quittant leur bureau. 27% avouent même « un petit côté maniaque » et ne laissent rien trainer sur leur bureau. Seuls 12% des sondés déclarent se sentir mieux dans un espace désordonné.

Le désordre d’autrui ne semble pas particulièrement perturber les sondés. En effet, 43% des français semblent s’accommoder du désordre de leurs collègues tant que cela n’empiète pas sur leur espace (48% chez les femmes) ; à noter que 41% des interrogés déclarent être totalement indifférents du désordre chez les autres.

En communauté, la vue de bureaux mal rangés peut s’avérer problématique pour 16% des sondés qui répondent que cela peut les empêcher de se concentrer. À nouveau, ce sont les hommes (17%) et les jeunes (20%) qui déclarent y être les plus sensibles.

Un bureau rangé est-il signe d’efficacité ?

Mais alors, quelle image se fait-on d’un collègue dont le bureau est désordonné ? Pour 47% des consultés, la personne est désorganisée et moins rigoureuse, à l’image son espace de travail ! Un sentiment plus fort pour 49% des hommes (vs 45% des femmes) et des plus anciens (48% des 55ans et +). 24% pensent que le maître des lieux est « sous l’eau », submergé de travail ! Enfin, pour 29%, ce doit être un créatif qui bouillonne d’idées – une impression partagée par 30% des 18-34 ans. Pour 76% des interrogés, un bureau bien rangé serait en effet synonyme d’efficacité. Les sondés les plus soigneux se sentent également les plus productifs !

Il semble important de préciser que, bien qu’adeptes du désordre créatif, 19% des français font bien attention à ranger leurs affaires principalement pour ne pas gêner autrui. 17% des femmes et près de 20% des hommes disent soigner leur désordre en pensant à leur collègues. Pour certains, les espaces bien rangés peuvent être oppressants : 5% des interrogés déclarent en effet se sentir oppressés par des bureaux trop rangés, et notamment les 18-34 ans (7%).

L’aménagement, un facteur de rangement des bureaux ?

La tendance actuelle du « Flex Office 2.0 » et la numérisation généralisée semblent aussi aller dans le sens de bureaux bien rangés. L’échec de l’espace ouvert a montré qu’il n’est pas possible de faire coexister dans le même espace des activités individuelles nécessitant de longs cycles de travail et des activités collectives discontinues et informelles. Le « Flex Office 2.0 » va au-delà d’une simple dépersonnalisation des bureaux : donner aux employés une nouvelle liberté de choisir leur poste de travail parmi un large éventail d’espaces, chacun avec ses avantages, ses inconvénients et ses règles d’utilisation. Des salariés n’ont ainsi plus de poste attitré et peuvent potentiellement en changer tous les jours ; cette mobilité entraîne donc un besoin de rationalisation des effets personnels et professionnels pour pouvoir facilement s’installer et libérer les espaces à un rythme quotidien, ils sont en cela en partie aidés par la numérisation des outils et des documents. À noter qu’un travail plus important sur l’acoustique des espaces permet la création d’atmosphères variées dans chacun des lieux.

35% des français pensent que le Flex Office sensibilise davantage les collaborateurs au rangement et donc au vivre ensemble ! 48% ne partagent pas cet avis (surtout les femmes : 50%) et vont même plus loin : pour eux les bureaux deviennent froids et impersonnels… 18% d’entre eux testeraient bien le Flex Office mais restent sceptiques quant à l’impact de cette tendance sur le rangement de bureaux… et plus particulièrement les jeunes (23%).

Un des défis de taille pour le Flex Office 2.0 est donc d’autoriser la réappropriation et la personnalisation des espaces par ceux qui y travaillent et les habitent. Il est capital d’accorder une place importante à la qualité de vie ressentie par les salariés.

Interface France a d’ailleurs souhaité adopter les principes d’aménagement du « Living workspace » lors de l’emménagement dans ses nouveaux bureaux en 2018. Conçus avec une approche centrée sur l’humain, les espaces proposent divers aménagements, du mobilier, des technologies et des services conçus pour répondre aux besoins des utilisateurs et améliorer leur bien-être, leur créativité et leur productivité.

Plus qu’un simple espace de bureau ou qu’un lieu d’exposition pour ses produits, le nouveau siège d’Interface France est un véritable espace de travail vivant. Basé sur plusieurs tendances actuelles et éprouvées (Flex Office 2.0, Neighborhood-Choiced Environment, Slow Workplace…), le Living Workspace a permis de repenser et d’optimiser la façon dont les collaborateurs français travaillent.

Pionnier dans ce domaine depuis de nombreuses années, Interface a également intégré les 14 principes du design biophiliques dans l’aménagement de ses espaces. En effet, il a été prouvé que la biophilie permet d’augmenter productivité, créativité et bien-être tout en réduisant le stress et l’absentéisme.

Pour moi, c’est sans nul doute le Flex Office 2.0 qui change mes missions au quotidien car cela permet une meilleure communication inter-service, une proactivité et une meilleure dynamique de travail. Le succès de cet aménagement passe aussi par l’humain, qui est au cœur de ce nouveau mode de travail. J’ai plaisir à venir chaque matin, m’assoir à côté de collaborateurs différents chaque jour, et le rendez-vous au Café Parisien pour bien commencer la journée. Après un an, je peux dire qu’aucun jour ne se ressemble, pas de routine qui s’installe. Ça me va très bien !”
déclare Sophie Marbotte-Romé, Service Clients d’Interface France.

Je vois le Living Workplace comme un atout indispensable pour attirer les talents. J’ai pu le constater l’année dernière par exemple lorsque je recherchais un.e concept designer.
ajoute Suzy Joly, Directrice Ressources Humaines pour Interface Europe du Sud.

Dans les bureaux d’Interface France.

Dans les bureaux d’Interface France.

Dans les bureaux d’Interface France.

Dans les bureaux d’Interface France.

L‘attention à la qualité de vie au travail des salariés a également permis à l’entreprise d’obtenir la première certification WELL Gold en région parisienne pour ses espaces parisiens du VIIIème arrondissement. Ce label immobilier se focalise sur les occupants et leurs bien-être à travers sept thématiques telles que la qualité de l’air, l’esprit, le confort ou encore l’activité physique.

N’hésitez pas à prendre rendez-vous pour découvrir ces espaces de travail vivants, nos équipes seront ravis de vous accueillir !

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles associés

Les premiers bureaux WELL Gold à Paris

12 août, 2019

Il était important pour nous de réussir à évaluer la qualité de vie dans nos bureaux et c’est tout naturellement que nous avons souhaité dès le départ faire certifier ces espaces par le WELL Building Standard, la certification internationale de l’immobilier qui fait référence en matière de qualité de vie et d’aménagement des espaces. Nous sommes aujourd’hui très fiers d’annoncer la certification WELL GOLD (New and existing interiors) pour ses espaces parisiens situés dans l’immeuble Opus.

Accompagner la vision des architectes pour des intérieurs uniques

18 février, 2019

Dans le 8ème arrondissement de Paris, la société SOPRA STERIA, leader européen de la transformation numérique, a investi de nouveaux espaces sur une surface de 9000 m2 . Le bâtiment a été rénové par le cabinet d’architecture Atelier Annie Vitipon afin d’accueillir les salariés dans de nouveaux bureaux pensés spécifiquement pour les besoins de l’entreprise. Les architectes ont souhaité faire appel au savoir-faire du service Concept Design d’Interface pour penser des sols en cohérence totale avec les espaces.