Mr. June – Exploration du rythme et de la couleur

Voici l’histoire de Mr. June Mr. June (David Louf), un artiste hollandais qui a commencé à pratiquer le graffiti à l’âge de 14 ans. C’était en 1985, et aujourd’hui, 30 ans plus tard, graphic design studio il dirige son propre studio de graphisme avec Yves van Asten et il est toujours fasciné par le passage entre la 2D et la 3D. Au fil des années, ils ont travaillé pour de nombreuses entreprises, dont Adidas, Heineken, Sanoma et Universal music. On peut voir les fresques de David dans des villes comme Londres, New York, Miami et Ibiza.

Créer une troisième dimension

Le travail de Mr. June combine des rythmes géométriques et des lignes fluides. Sa technique d’ombrage crée un effet tridimensionnel impressionnant, qui joue souvent avec les spécificités de sa « toile », ou plus exactement du bâtiment sur lequel il travaille.

Graffiti art with carpet tile

Graffiti carpet tile art

Graffiti art with carpet tile

MrJune_Blog6_575x575

Graffiti art with carpet tile

Mr. June rencontre Interface

Nous avons eu la chance de collaborer avec Mr. June pourDutch Design Week 2016. Mr. June a remplacé le graffiti par de la moquette et créé une composition de formes et de couleurs fascinante, en phase avec la tendance « Géométrie modulaire » qui fait référence au style Memphis des années 70. Pour sa réalisation, de nombreuses dalles de moquette ont été découpées en petits morceaux et assemblées afin d’obtenir cet effet irréel. L’œuvre a été installée à Broeinest, un espace de co-working situé à Eindhoven. Placé devant l’entrée, le tapis a attiré l’attention de nombreux passants.

Vous pouvez suivre Mr. June et ses projets sur Facebook, Instagram and his personal website.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles associés

CBRE Madrid : le standard WELL et ses bénéfices dans la pratique

23 avril, 2018

En 2013, l’International WELL Building Institute (IWBI) a lancé un mouvement pour s’attaquer aux lacunes dans les domaines de la santé et du bien-être dans l’environnement construit (lacunes que les normes existantes ont tendance à négliger). C’est ce mouvement qui a donné naissance au WELL Building Standard™. L’objectif était de fournir aux architectes et aux…

Design biophilique et sentiment d’appartenance à une communauté

25 avril, 2019

Selon Oliver Heath, il existe trois types de communautés. « Les communautés relationnelles sont les liens sociaux entre les personnes au sein d’une organisation ou d’une équipe, mais aussi dans les cercles de relations. Il existe aussi des communautés géographiques : il s’agit du lien physique entre les personnes dans un pays, une ville, un quartier ou un bâtiment. Pour finir, on distingue des communautés écologiques : il s’agit du lien environnemental entre les personnes, les lieux et la nature, par exemple dans un parc où les gens se réunissent. Avec le design biophilique, vous pouvez avoir un impact positif sur toutes ces communautés. »