Redéfinir les outils de mesures pour un futur à empreinte carbone négative

Chez Interface, nous avons publié récemment notre Rapport environnemental 2019, qui résume l’essentiel de notre action pour réduire notre impact environnemental depuis que nous avons commencé à mesurer les principaux résultats en 1996.  

 Même si nous publions un rapport similaire chaque année, nos mesures 2019 sont un véritable succès, non seulement parce que nous avons annoncé l’accomplissement de Mission Zero en novembre dernier, mais aussi parce que nous avons adopté une nouvelle approche pour mesurer nos impacts environnementaux en 2019, davantage en phase avec notre mission Climate Take Back™. Cette nouvelle approche redéfinit les indicateurs utilisés de deux manières significatives :  

  • Premièrement, nous mesurons maintenant l’impact carbone total de notre activité, y compris les émissions de Scope 3 telles que définies dans le Protocole sur les gaz à effet de serreC’est un changement significatif parce que, comme la plupart des entreprisesnos émissions de Scope 3 constituent l’essentiel de notre impact carbone total. Les experts sont de plus en plus nombreux à considérer le suivi des émissions de Scope 3 comme essentiel pour mesurer l’empreinte carbone totale d’une entreprise, et nous sommes fiers de compter parmi les premières entreprises à adopter cette approche.   
  • Deuxièmement, nous avons franchi une nouvelle étape dans l’intégration du revêtement en caoutchouc nora® et d’Interface. À partir de notre Rapport environnemental 2019, nos mesures concerneront toute l’entreprise. Nous inclurons l’impact carbone total de toutes les émissions associées à notre activité et nous intégrerons la marque nora dans nos calculs 

Il s’agit d’un moment crucial pour Interface, car ces changements d’approche marquent le début d’une nouvelle phase dans notre parcours environnemental. 

Impact carbone total 

Nous devons d’abord revenir sur ce que nous avons mesuré dans le passé afin d’éclairer notre nouvelle approche. Depuis 1996, nous avons mesuré essentiellement les émissions carbone de Scope 1 et de Scope 2. Scope 1 inclut les émissions directes, provenant par exemple de l’utilisation de gaz naturel et de propane dans la fabrication, tandis que Scope 2 concerne les émissions indirectes qui résultent de la production d’électricité et d’autres sources d’énergie utilisées par Interface.  

Depuis 2019, nous incluons les émissions de Scope 3, qui proviennent de sources que nous ne contrôlons pas directement. Cette catégorie inclut les émissions issues de la création de nos matériaux de base, de l’utilisation du client au nettoyage de nos produits en passant par le traitement des produits en fin de vie.  

 Bien que nous rendions compte depuis des années de la plupart des émissions liées à nos matériaux de base dans notre programme Carbon Neutral Floors™, en 2019 nous avons étendu nos mesures afin d’inclure toutes les émissions de Scope 3.  Cette évolution est unique dans notre secteur et se situe à l’avant-garde dans le domaine du reporting environnemental en général. Parce que les émissions de Scope 3 constituent l’essentiel de notre empreinte carbone totale, les communiquer publiquement renseigne de manière plus transparente sur notre progression à l’heure où nous nous efforçons de devenir une entreprise à empreinte carbone négative d’ici 2040. 

 Selon les propos célèbres de l’expert en management des entreprises Peter Drucker, « what gets measured, gets managed » (« ce qui est mesuré peut être géré »). En mesurant et en comprenant nos émissions de Scope 3, nous pouvons mieux développer des stratégies pour lutter contre ces émissions. Cela implique de collaborer avec nos fournisseurs pour trouver des solutions créatives et innovantes. Ensemble nous pouvons avoir un impact positif encore plus grand, en réduisant les émissions de gaz à effet de serre pour inverser la courbe du réchauffement climatique. 

Inclusion du revêtement de sol en caoutchouc nora®  

Lorsqu’en 2018 nous avons fait l’acquisition de nora, leader du revêtement de sol en caoutchouc, nous avons compris qu’il faudrait nous appuyer sur notre parcours environnemental initié 25 ans plus tôt et appliquer ces leçons à notre nouvelle activité. L’année dernière a été la première année complète post-acquisition. Pour la première fois dans notre Rapport environnemental 2019, nous avons inclus notre site de fabrication et nos produits nora dans nos calculs. Bien sûr, cela fournit une image différente des précédentes données qui se concentraient uniquement sur la fabrication de nos dalles de moquette ; cependant, nous pensons que nous devons continuer à être transparents et mobiliser notre savoir et notre expertise pour accélérer les progrès. 

Dans l’ensemble, ajouter notre activité nora à nos mesures environnementales annuelles nous permet de mieux comprendre notre impact total sur l’environnement. À mesure que le temps passe, nous nous réjouissons de mettre en œuvre de nouveaux projets et de faire des progrès significatifs. Nous avons déjà remporté quelques victoires. Nous avons par exemple atteint 100 % d’électricité renouvelable dans tous nos sites de fabrication Interface et nora.  

Regarder vers l’avenir 

À mesure que nous avançonsnos mesures 2019 serviront de base pour mesurer notre progression vers notre objectif : devenir une entreprise à empreinte carbone négative. Nous continuons également à enregistrer nos progrès dans des domaines comme l’efficacité énergétique, la gestion des déchets et l’utilisation d’eau. Nous vous invitons à vous joindre à nous dans ce parcours, tout au long duquel nous relaterons nos efforts pour créer un climat vertueux et propice à la vie. 

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles associés

Faire baisser la température : pourquoi le carbone doit tous nous importer

3 septembre, 2020

Le carbone lui-même n’est ni bon ni mauvais. La question est de savoir comment nous le comprenons et comment nous l’utilisons. 
Essayer de travailler à l’extérieur durant la récente canicule a eu pour conséquence l’arrêt de mon iPhone jusqu’à son refroidissement. Apparemment, il n’est pas conçu pour faire face à l’augmentation de la température.  
Notre planète est semblable. Jusqu’à récemment, l’humanité a bénéficié de conditions incroyablement stables qui sont essentielles à l’épanouissement de la vie. Cependant, l’activité humaine a eu un impact à cet égard en libérant des quantités croissantes de dioxyde de carbone dans l’atmosphère, ce qui a rendu le climat moins prévisible.

Quatre tendances d’une reprise verte

31 juillet, 2020

Une reprise verte est celle où les gouvernements et les entreprises placent l’environnement au centre des plans de reconstruction de l’économie. L’occasion de penser une reprise économique qui tient compte de la réduction des émissions de carbone, de la protection de la biodiversité et du renforcement de la résilience en travaillant avec la nature plutôt que contre elle.
Voici quatre tendances de reprise verte que nous observons chez Interface.