Carbone incorporé – quand un problème devient opportunité

Imaginez-vous dans le futur, vous promenant dans une ville que vous aimez. Vous avez un sentiment de calme et de sérénité tandis que vous marchez au milieu des arbres et des plantes dans des espaces verdoyants. Les nombreux bâtiments devant lesquels vous passez présentent des murs végétaux et des toits-terrasses. Lorsque vous respirez, vous sentez un air pur rafraîchir votre corps. Et la nature vous entoure, même dans votre bureau. Sentez-vous le parfum des fleurs, entendez-vous le chant des oiseaux ?

Pour que le rêve d’un espace urbain verdoyant devienne réalité, nous devons résoudre au moins un problème essentiel, qui a été négligé dans le secteur de la construction : les émissions de carbone incorporé. Actuellement, beaucoup d’attention est accordée à la réduction du carbone opérationnel, à savoir des émissions qui sont le résultat de la consommation électrique, du chauffage et du refroidissement des bâtiments. Il est bien sûr important de continuer à prendre des mesures pour les réduire et d’effectuer une transition vers des énergies renouvelables.  

Mais, avant de penser à l’éclairage, il faut construire et habiller le bâtiment. Tous les matériaux impliqués dans la construction d’un bâtiment, tels que l’acier, le béton et le verre, ont une empreinte carbone ! Cela vaut aussi pour les produits que vous utilisez pour travailler, tels que les tables, les chaises, les lampes ainsi que les produits sur lesquels vous marchez, à savoir votre sol. Avant que vous puissiez utiliser un bâtiment, il y a déjà eu beaucoup d’émissions, qui sont les émissions de carbone incorporé. Or elles peuvent être évitées.  

Et voici la partie la plus intéressante. Utiliser des matériaux issus de l’économie circulaire et donc à faible empreinte carbone peut avoir l’effet positif dont notre planète a tant besoin. Selon les experts, les émissions dues à la construction doivent atteindre leur maximum dans les 15 prochaines années. Dans le même temps, il faudra construire beaucoup de nouveaux bâtiments, étant donné que la population mondiale devrait atteindre 10 milliards d’humains en 2050. C’est pourquoi nous ne devons pas seulement nous concentrer sur le carbone opérationnel, il faut aussi penser au carbone incorporé. 

Mais nous avons selon moi un motif de nous réjouir : les solutions permettant d’obtenir un espace urbain vert, bénéfique pour les personnes et la planète, sont à notre portée. En utilisant des plantes et des arbres pour reverdir les rues, les toits, les murs et les parcs, nous pouvons créer des villes et des bâtiments qui fonctionnent comme un écosystème naturel. Mais une étape importante consiste aussi à choisir des matériaux de construction qui ont un faible impact carbone, ou encore mieux qui stockent le carbone, en privilégiant par exemple des constructions réalisées à partir de bois responsable.  

Si nous nous concentrons sur les produits, quels sont les éléments qui peuvent vous aider à réduire l’empreinte carbone de vos espaces ? Quels sont les ambitions et les résultats des fabricants ? 

Nous voyons des entreprises spécialisées dans l’aménagement des espaces de bureaux, telles que Velux et Steelcase, se fixer des objectifs ambitieux en phase avec les Accords de Paris. 

Le fabricant de meubles Steelcase a par exemple annoncé récemment qu’il avait atteint la neutralité carbone dans l’ensemble de ses opérations. Au cours de la décennie passée, l’enterprise a réduit ses émissions de gaz à effet de serre de plus de 30 % et est devenue neutre en carbone grâce à des projets de compensation carbone. De plus, ils se positionnent pour atteindre la négativité carbone d’ici 2030.  

La prochaine étape consiste à aller plus loin : ne plus seulement réduire les émissions, mais voir le carbone comme une opportunité et un élément de construction. Cela pourrait vraiment changer la donne et nous aider à relever le défi qui consiste à inverser la courbe du réchauffement climatique. Passer de produits dont la fabrication implique l’émission de carbone dans l’atmosphère à des produits qui stockent ce même carbone, tel est le changement de paradigme dont nous avons besoin. Cela peut vraiment nous aider à atteindre le zéro net et même au delà. Dans ce mouvement, nous voyons toutes sortes de choses se produire. 

 

Chez Interface, notre nouvelle sous-couche CQuest™Bio, fabriquée avec des matériaux à empreinte carbone négative, a été lancée en octobre. Cela veut dire que les produits dotés d’une sous-couche CQuest™Bio auront une empreinte carbone réduite significativement. De plus, tous nos revêtements de sol sont neutres en carbone sur tout leur cycle de vie.  

Notre approche chez Interface reflète la tendance à privilégier des matériaux de construction favorisant une empreinte carbone négative, par exemple le bois lamellé croisé (BLC). Quand le BLC est utilisé pour construire des tours, la réduction des émissions peut être considérable. Les 186 tonnes de carbone stockées dans les 9 étages du Stadthaus de Londres sont l’équivalent des émissions occasionnées par le fonctionnement du bâtiment sur 20 ans.  

La ville verte et prospère du futur est à notre portée, et c’est pourquoi nous devons travailler à la fois sur le carbone opérationnel et sur le carbone incorporé. Il existe de nombreuses options pour commencer à réduire le carbone incorporé des espaces, en s’appuyant sur les données d’une déclaration environnementale de produit (EPD).  

En faisant un choix réfléchi des produits et des matériaux de construction, nous pouvons résoudre un problème important pour rendre l’avenir plus beau.  

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles associés

Redéfinir les outils de mesures pour un futur à empreinte carbone négative

21 octobre, 2020

Chez Interface, nous avons publié récemment notre Rapport environnemental 2019, qui résume l’essentiel de notre action pour réduire notre impact environnemental depuis que nous avons commencé à mesurer les principaux résultats en 1996.

Faire baisser la température : pourquoi le carbone doit tous nous importer

3 septembre, 2020

Le carbone lui-même n’est ni bon ni mauvais. La question est de savoir comment nous le comprenons et comment nous l’utilisons. 
Essayer de travailler à l’extérieur durant la récente canicule a eu pour conséquence l’arrêt de mon iPhone jusqu’à son refroidissement. Apparemment, il n’est pas conçu pour faire face à l’augmentation de la température.  
Notre planète est semblable. Jusqu’à récemment, l’humanité a bénéficié de conditions incroyablement stables qui sont essentielles à l’épanouissement de la vie. Cependant, l’activité humaine a eu un impact à cet égard en libérant des quantités croissantes de dioxyde de carbone dans l’atmosphère, ce qui a rendu le climat moins prévisible.