NY+LON Streets

Notre collection NY+LON Streets s’inspire des rues de la ville, de l’interconnectivité et de l’architecture industrielle. En tant qu’amoureux de la ville, nous sommes naturellement influencés par l’environnement urbain. Nous nous sommes inspirés de deux des villes les plus emblématiques du monde, explorant les textures, les détails et les connexions entre les trottoirs de New York et les rues de Londres.
Nous partageons ici avec vous les tendances et influences qui nous ont guidées pour la création de notre nouvelle collection…

La ville comme inspiration

Alors que nous sommes de plus en plus nombreux à vivre et travailler dans les zones urbaines, l’influence de nos villes continue de croître. Plus de la moitié de la population mondiale vit actuellement dans les villes et, d’ici 2050, on estime que cette proportion pourrait passer à 68%.

La ville a une importance capitale pour chacun d’entre nous. Bien que nous ayons chacun notre propre paysage urbain ou quartier préféré, notre attachement est universel parce que la notion de vie en communauté est au centre même de l’idée de ville. Dans son livre intitulé The Theatre of Work, Clive Wilkinson décrit la ville comme un lieu qui existe pour maximiser les possibilités d’interactions humaines : « Toute activité physique est dépendante du réseau de rues ou de la grille urbaine, et toute vie y passe. » Et, comme tant d’autres designers d’espaces de travail, il suggère à quel point l’espace de travail et le design de la ville sont étroitement liés.

Avec la montée du télétravail et du travail à distance il a semblé pendant un court moment que nous pourrions abandonner la ville complètement pour travailler à la place à la maison. Mais ce que nous avons gagné en commodité, nous l’avons perdu en connexion sociale, et nous redécouvrons finalement l’intérêt de partager des espaces de travail.

Le bureau est ainsi maintenant repensé et redéfini comme le cœur dynamique de nouvelles communautés d’intérêts. Cela apparaît de façon évidente lorsque l’on parcourt les rues des grandes métropoles du monde entier. L’essor des start-ups a conduit à l’éclosion de cafés et de lobbies d’hôtels se transformant en espaces de co-working. Un nouveau type d’environnements de travail est en train d’émerger: ils sont plus improvisés, expérimentaux, informels et sociaux.

Il n’y a pas de meilleur exemple d’épanouissement d’un sentiment de communauté urbaine que la ville elle-même. Lors du développement de leur nouveau siège social dans le New Jersey, les équipes d’Unilever ont conçu des espaces de bureaux aussi conviviaux qu’une place de ville, une véritable agora. Ce concept alimente un environnement de travail animé pour encourager les employés à se connecter les uns aux autres.

nyc

london

pink glass

 

L’héritage industriel

Nos villes ont toujours raconté l’histoire des générations passées à travers un riche patrimoine industriel urbain. Malgré le rythme des changements technologiques et des progrès dans les matériaux et l’innovation, beaucoup d’entre nous (moi y compris) espèrent que nous conserverons et chérirons ces traces du passé et de ceux qui ont construit les villes.

Ce sentiment est amplifié par notre besoin collectif d’adopter des pratiques plus durables. Architectes et designers commencent à voir notre paysage urbain sous un angle nouveau. Avec une approche souvent plus proche d’une fouille archéologique qu’un projet architectural, ils sont désireux de restaurer, de réorienter et de régénérer les bâtiments qui existent déjà, plutôt que de simplement en construire de nouveaux. Au cœur de cette approche se trouve l’esprit d’expérimentation, de remix, de réutilisation et de réinterprétation – avec un œil sur l’avenir tout en gardant un solide ancrage dans le passé.

À Londres, on trouve un bel exemple à King’s Cross, où deux entrepôts de charbon du XIXe siècle ont été transformés en l’une des destinations les plus emblématiques de la ville – appelée Coal Drops Yard. Niché juste derrière ce complexe, un trio de cadres porte-gaz abrite maintenant certains des appartements les plus luxueux de la ville.

Certains des bâtiments les plus inhabituels et les plus improbables ont été transformés en espaces de travail d’un nouveau genre, notamment une ancienne fabrique de pain, un atelier d’usinage de destroyers militaires et de sous-marins, un atelier d’artiste et un fabricant de presses à foin. Notre propre bureau d’Interface à Halifax était autrefois un moulin et le bâtiment a été restauré et réaménagé avec amour en tirant le meilleur parti des caractéristiques naturelles et en ajoutant certaines touches contemporaines.

Afin de créer un sentiment de connexion locale dans nos villes et quartiers, nous favorisons maintenant autant que possible l’utilisation de matériaux et de détails étroitement liés à l’histoire locale. Il est ainsi possible d’établir une connexion avec l’héritage des lieux; l’espace de co-working d’Equinox and Industrious utilise par exemple un papier peint Kartell qui imite le béton entourant l’espace de Hudson Yards.

Des paysages de villes

L’architecture des rues inspire de nouvelles créations des espaces de vente à la mode.

L’installation de Wardrobe NYC à New York est inspirée par les échafaudage qui sont une caractéristique fonctionnelle des rues de la ville. Tout aussi créatif, et lauréat du meilleur stand 2020 à la Stockholm Furniture Fair, le fabricant norvégien de meubles urbains Vestre a présenté ses produits sur un stand entièrement composé de composants réutilisables et à faible teneur en déchets, notamment en brique, bois et graviers. Célébrant les matériaux les plus populaires dans nos paysages urbains, la collection Concrete Utopia est une collaboration unique avec Apparel & Lovers.

blue chairs

blue glass

old street

 

La ville comme mémoire commune

La mémoire visuelle est une référence commune qui est parlante pour toutes et tous. Nous sommes inconsciemment à l’écoute des trames et motifs des villes. Très souvent, ce sont les plus petits motifs et détails de conception qui donnent leur personnalité à certaines rues, certains quartiers… et nous lisons ces détails inconsciemment et intuitivement; ils font que ces environnements nous apparaissent familiers.

Ralentir le rythme est une des clés pour construire des connexions puissantes avec la ville. En 2020, de nombreuses villes s’efforcent de devenir sans voitures et plus agréables pour la marche – la meilleure façon de voir la ville.

À l’ère de l’anxiété, les gens cherchent des liens puissants avec eux-mêmes, entre eux et avec leur environnement immédiat. Prendre le temps d’observer notre environnement est une façon de s’y connecter ; une entreprise qui a attiré notre attention lorsque nous faisions des recherches sur la collection est Patternity qui organise des circuits de visite et de « spotting » de motifs dans les rues de Londres. Décrit comme « une occasion de découvrir des tendances dans des endroits inattendus, de se déconnecter et de s’ouvrir à de nouvelles perspectives inspirantes sur la ville».

Motifs

Il y a environ 8000 miles de trottoirs et de sentiers dans la ville de New York, et plus de 60.000 rues ou routes dans un rayon de 6 miles autour de Charing Cross à Londres. Au fur et à mesure que vous vous déplacez d’un quartier à l’autre, la topographie et les paysages de rues changent subtilement; notre nouvelle collection rend hommage à ces détails, motifs et textures discrets qui sont la signature de quartiers spécifiques.

Avec un total de six designs différents, la collection vous emmène dans un voyage à Londres de Wheler Street à Old Street, Dover Street et Reade Street – interprétant les textures de rues familières à différentes échelles. À New York, Mercer Street adopte une grille de motifs non conventionnelle, tandis que Broome Street ajoute des couleurs contemporaines.

Couleurs

Nous nous sommes inspirés des paysages des rues de New York et de Londres, avec des motifs colorés qui rappellent les « vault lights » du XIXe et du début du XXe siècle.

Écologie

Le développement durable est une de nos priorités absolues; la collection contient un pourcentage élevé de contenu recyclé et sa sous-couche est CQuest™Bio. CQuestBio est une sous-couche non-vinylique qui a une empreinte carbone négative; cette sous-couche non-bituminée est faite de biopolymères à base d’éléments biosourcés et recyclés.

Pour en savoir plus, découvrez la collection NY+LON Streets ici.

De l’inspiration dans votre boîte email 


Abonnez-vous à notre newsletter

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles associés

Faire baisser la température : pourquoi le carbone doit tous nous importer

3 septembre, 2020

Le carbone lui-même n’est ni bon ni mauvais. La question est de savoir comment nous le comprenons et comment nous l’utilisons. 
Essayer de travailler à l’extérieur durant la récente canicule a eu pour conséquence l’arrêt de mon iPhone jusqu’à son refroidissement. Apparemment, il n’est pas conçu pour faire face à l’augmentation de la température.  
Notre planète est semblable. Jusqu’à récemment, l’humanité a bénéficié de conditions incroyablement stables qui sont essentielles à l’épanouissement de la vie. Cependant, l’activité humaine a eu un impact à cet égard en libérant des quantités croissantes de dioxyde de carbone dans l’atmosphère, ce qui a rendu le climat moins prévisible.

Retour vers les bureaux du futur

8 juin, 2020

L’épidémie de COVID-19 représente un tel changement qu’elle nous oblige tous à expérimenter, tant sur le plan personnel que professionnel. Finalement, beaucoup de choses pourront revenir à une “normalité” telle que nous la connaissions mais certaines expériences déclencheront un changement permanent.
Alors que beaucoup de pays prennent des mesures provisoires pour sortir de la période de confinement, nous imaginons 10 répercussions possibles plus durables sur la vie au bureau et la qualité de vie au travail.
Ces propositions sont plus à prendre comme des pistes de réflexion que comme de véritables prédictions.