La corrélation entre les matériaux recyclés et l’empreinte carbone d’un produit

Recycler le papier, le verre et le plastique fait partie intégrante de notre vie quotidienne et nous en comprenons le sens. Au lieu d’extraire ou d’abattre, de transporter puis de traiter des matières premières renouvelables telles que les arbres afin d’obtenir du papier ou du carton, nous collectons et recyclons les déchets. Les matériaux non renouvelables, comme le plastique fabriqué à partir de matières fossiles, peuvent être recyclés de la même manière.

Mais quels sont exactement les avantages du recyclage et comment peut-on réduire les émissions ?

Selon une étude réalisée par l’institut Fraunhofer, le recyclage du plastique permet de réduire de 50 % les émissions par rapport à l’utilisation de nouveaux granulés fabriqués à partir de pétrole brut. Le plastique recyclé apporte donc une contribution significative à la protection du climat.

Pour calculer ce chiffre, une analyse du cycle de vie est effectuée. Elle indique toutes les émissions produites depuis l’extraction des matières premières jusqu’à la fin de vie du produit.

Les résultats montrent non seulement que les émissions nuisibles au climat sont réduites en utilisant du plastique recyclé et non fabriqué à partir de pétrole brut, mais aussi que la consommation d’énergie primaire par tonne de granulés recyclés est inférieure d’environ 21 000 kWh au chiffre comparable pour les granulés vierges.

Le potentiel est élevé en termes de réduction des émissions et donc de contribution aux efforts pour atteindre les objectifs climatiques. Ce processus ne compromet bien souvent pas la qualité – cela vaut notamment pour le nylon. Ce matériau durable peut-être réintroduit plusieurs fois dans le cycle de production et, via la régénération, être transformé en une matière première secondaire dont les précédentes vies ne sont pas visibles.

Ce sont précisément ces qualités qui rendent le nylon si intéressant pour Interface. Depuis de nombreuses années, nous encourageons le développement des fibres de nylon et de polyamide qui ont un taux de recyclage de 100 %.

Recyclé versus recyclable

Sur le long terme, il est intéressant d’utiliser des produits qui sont non seulement fabriqués à partir de matériaux recyclés (ou d’autres matériaux écologiques, par exemple des matériaux biosourcés), mais qui sont également recyclables lorsque le produit devient inutilisable. C’est la seule manière de créer un système en boucle fermée, qui permettra à l’économie de se passer de matières premières non renouvelables.

Malheureusement, il est généralement vrai que les matériaux recyclés sont dévalorisés et ne sont pas tous réutilisés dans la même mesure. Certains sortent du cycle de recyclage, ou bien perdent en qualité du fait de leur texture, ce qui oblige par exemple à rajouter en permanence de nouvelles matières premières non recyclées.

L’utilisation de matériaux biosourcés et recyclés contribue considérablement à réduire l’empreinte carbone de nos dalles de moquette. En moyenne, 60% des matériaux utilisés par Interface pour la production de dalles de moquette sont recyclés ou biosourcés. C’est ainsi que depuis 1996 nous avons réduit l’empreinte carbone de nos revêtements de sol de 74 %. Bien d’autres mesures ont été nécessaires pour arriver à ce chiffre. Il a fallu notamment améliorer l’efficacité énergétique dans les usines de production, optimiser les matériaux utilisés et réduire le poids des dalles de moquette. L’utilisation de fibres de polyamide recyclé fait partie des nombreuses étapes à franchir pour parvenir à notre objectif : créer un climat propice à la vie pour les générations futures.

Comment pouvez-vous contribuer ?

Afin de pouvoir prendre des décisions d’achat écoresponsables et d’éviter les émissions en tant que consommateur, les entreprises doivent faire le premier pas et investir dans le développement de produits qui polluent le moins possible et qui peuvent être réintégrés dans le cycle de production.

Les conseils suivants peuvent vous aider à encourager le recyclage en le pratiquant au quotidien.

  • Évitez les emballages : le meilleur recyclage est celui qui n’est pas nécessaire. Au supermarché, cherchez un produit avec moins d’emballage, voire sans aucun emballage.

  • Le tri des déchets : chose parfois fastidieuse mais essentielle, comme par exemple trier les déchets en verre. Car si les consommateurs ne le font pas, le recyclage ne peut pas fonctionner.

  • Emballages composites : si vous pouvez dire en regardant l’emballage qu’il est composé de plusieurs matériaux inséparables, on peut supposer qu’il est difficile, voire impossible à recycler, par exemple les briques de boissons en carton qui sont recouvertes d’aluminium et de film plastique.

Comment puis-je reconnaître les entreprises éco-responsables et les produits recyclables ?

Il est souvent difficile de distinguer les produits écologiques de ceux qui le sont moins, et de comprendre si un produit peut ou non être recyclé.

Par exemple, certains de nos produits Interface ont été certifiés « Cradle to Cradle », un label qui évalue notamment la recyclabilité des produits. Nos efforts à cet égard ont été récompensés par l’obtention du niveau Or. Mais les labels et les prix ne suffisent pas à garantir des produits éco-responsables.

Intéressez-vous à ce qui se passe en coulisse, posez des questions, soyez direct.

 

 

De l’inspiration dans votre boîte mail


Abonnez-vous à notre newsletter

 

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles associés

Redéfinir les outils de mesures pour un futur à empreinte carbone négative

octobre 21, 2020

Chez Interface, nous avons publié récemment notre Rapport environnemental 2019, qui résume l’essentiel de notre action pour réduire notre impact environnemental depuis que nous avons commencé à mesurer les principaux résultats en 1996.